Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Choses vues, tome I.djvu/359

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Cette imprécation acheva l’exaspération. Toutes les têtes prirent feu. Une immense clameur remplit la salle : — Aux armes ! à l’Hôtel de Ville ! à bas le gouvernement provisoire !

Beaucoup crièrent : À bas les riches ! — Non ! non ! dirent les autres, républicains austères qui ne voulaient pas transformer l’idée de février et dépasser les proportions d’une révolution politique. Un conflit éclata. La scission se fit sur-le-champ, tout de suite, violemment, à coups de poing, entre ceux qui se contentaient de Robespierre et ceux qui allaient jusqu’à Babeuf. L’amphithéâtre de la salle, qui sert d’orchestre quand on y danse, servit de champ de bataille.

Occupés à la querelle entre eux, ils oublièrent pour un moment l’Hôtel de Ville et le gouvernement provisoire. Cette petite guerre empêcha la grande.