Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Choses vues, tome I.djvu/315

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


compliquer une grippe. Elle était mardi à la séance royale. Qui lui eût dit qu’elle ne verrait pas 1848 ?

Depuis quelque temps elle était sujette à s’endormir le soir sur son fauteuil, mauvais signe. M. Louis a caractérisé la maladie qui l’a emportée : une pneumonie intercurrente.

Presque tous les matins, le roi avait une longue causerie, la plupart du temps politique, avec Madame Adélaïde. Il la consultait sur tout, et ne faisait rien de très grave contre son avis. Il regarde la reine comme son « ange gardien » ; on pourrait dire que Madame Adélaïde était son « esprit gardien ». Quel vide pour un vieillard ! Vide dans le cœur, dans la maison, dans les habitudes. Je souffrais de le voir pleurer. On sentait que c’étaient là de vrais sanglots venant du fond même de l’homme. Sa sœur ne l’avait jamais quitté. Elle avait partagé son exil, elle partageait un peu son trône. Elle vivait dévouée à son frère, absorbée en lui, ayant pour égoïsme le moi de Louis-Philippe.

Elle a fait M. de Joinville son héritier, Odilon Barrot et Dupin ses exécuteurs testamentaires.

Les pairs sont sortis des Tuileries consternés de toute cette douleur, et inquiets du choc qu’en recevra le roi.

Ce soir, relâche à tous les théâtres.

Ainsi a fini l’année 1847.