Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Choses vues, tome I.djvu/289

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



FAITS CONTEMPORAINS.


I


1847.

Arago était un grand astronome. Chose inouïe, il regardait sans cesse le ciel et il ne croyait pas en Dieu. Ce malheur arrive parfois aux astronomes. Lalande était comme Arago. Ils étudient les étoiles et les soleils cependant. À quoi bon s’ils n’en tirent pas la vraie clarté ? Ces splendeurs de la création ne sont pas faites seulement pour l’œil de la chair. Ce sont des astres dans le ciel, ce sont des flambeaux dans l’esprit.

M. Arago avait une anecdote favorite. Quand Laplace eut publié sa Mécanique céleste, disait-il, l’empereur le fit venir. L’empereur était furieux. — Comment, s’écria-t-il en apercevant Laplace, vous faites tout le système du monde, vous donnez les lois de toute la création, et dans tout votre livre vous ne parlez pas une seule fois de l’existence de Dieu ! — Sire, répondit Laplace, je n’avais pas besoin de cette hypothèse.

Arago, du reste, avait une joie d’enfant quand il avait résolu un grand problème. Il parvint à résoudre la question de savoir si la lumière est un corps ou une onde au moyen d’une roue que Bréguet exécuta et qui faisait trois mille tours par seconde. Un ressort était le moteur. Le frottement était si peu sensible que cette roue pouvait être faite en chocolat sans se briser. Sa démonstration présentée à l’Académie des sciences, Arago quitte l’Académie, rentre chez lui, aperçoit sa femme, lui prend son chapeau sur la tête et le foule aux pieds : — Tiens ! voilà ton chapeau ! — arrive à sa fille, lui arrache son châle et le déchire en deux : — Tiens ! voilà ton châle ! — Les femmes de s’effarer. — Qu’a-t-il ? — Pardieu, dit Arago, je viens de résoudre le problème de la lumière et je puis bien vous acheter un châle et un chapeau !

Ce fut sous le Directoire que fut faite la grande lunette de l’Observatoire. Ibrahim-Pacha et le bey de Tunis vinrent, lorsqu’ils passèrent à Paris, visiter l’Observatoire. Ils regardèrent la lune par cette lunette ; ils virent que ce n’était pas une lampe, comme dit le Koran, mais un monde. Ibrahim fut stupéfait ; le bey de Tunis fut consterné.