Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Choses vues, tome I.djvu/258

Cette page a été validée par deux contributeurs.



NOTES ÉPARSES.


Le prince Elim Mestzchersky disait à Émile Deschamps : — Avec les glaces de Pétersbourg et le soleil de Crimée, la Russie a les deux grandes conditions de santé, la tête froide et les pieds chauds. — Vous oubliez la troisième, dit Émile Deschamps, elle n’a pas le ventre libre (la Pologne).




L’autre jour, j’étais dans mon cabinet à travailler. On m’apporte une lettre ainsi conçue :

« J’envoie à M. le vicomte Victor Hugo un billet pour le bal du 15 février donné à… au profit des pauvres. Prix : 20 francs. Mon domestique attendra la réponse.

« La comtesse de L. »

J’ai mis un napoléon sous cachet et j’ai écrit ceci sur l’enveloppe :

Voici mes vingt francs, comtesse,
Quoi qu’on puisse en vérité,
Manquer à la charité
Qui manque à la politesse.

Puis j’ai fait remettre la chose au laquais.




3 mars. — Rembrandt n’aimait pas qu’on regardât sa peinture de près. Il repoussait les gens du coude et disait : — Un tableau n’est pas fait pour être flairé.




5 mars. — La reine Victoria vient d’ordonner dans toute l’Angleterre un jour de jeûne liturgique et d’humiliation pour obtenir de la divine providence qu’elle daigne ne plus appesantir son bras sur l’Irlande. — Quelle dérision,