Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Choses vues, tome I.djvu/211

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Que signifie ce mot ? dis-je à mon guide.

— Cela veut dire que voilà un homme dont le juge d’instruction a fini et dont le gendarme peut disposer.

— Pour le mettre en liberté ?

— Non, pour le ramener en prison.

Enfin une dernière porte s’ouvrit.

— Vous voici, me dit le directeur, dans la salle que vous cherchez.

Je regardai.

J’étais dans les ténèbres.

J’avais un mur devant les yeux.

Cependant ma prunelle s’accoutuma à l’obscurité, et au bout de quelques instants je distinguai à ma droite, dans un enfoncement, une haute et magnifique cheminée en entonnoir renversé, bâtie en pierre et appuyée par un arc-boutant à jour du plus beau style à un pilier qui lui faisait face.

— Ah ! dis-je, voici une des cheminées. Mais où sont les trois autres ?

— Il n’y a plus, me répondit M. Lebel, que celle-ci qui soit intacte. Sur les trois autres, deux sont entièrement démolies, la troisième est mutilée, cela était nécessaire pour notre souricière. C’est comme il a été nécessaire de remplir avec de la maçonnerie les intervalles des piliers. Il a fallu faire des cloisons. L’architecte a conservé cette cheminée comme spécimen du style de l’architecture de ce temps-là.

— Et, ajoutai-je, de l’ineptie des architectes de notre temps. Ainsi, plus de salle ; des cloisons ; et, sur quatre cheminées, trois détruites. On a arrangé cela sous Charles X. Voilà ce que les fils de saint-Louis ont fait des souvenirs de saint-Louis.

— Il est vrai, reprit M. Lebel, qu’on eût bien pu installer cette souricière ailleurs. Mais que voulez-vous, monsieur ? on n’a pas songé à tout cela, et on avait cette salle sous la main. Du reste, on l’a fort bien disposée. Elle est divisée par des murs de pierre en trois compartiments longitudinaux éclairés chacun par une des fenêtres de l’ancienne salle. Le premier est celui des enfants. Voulez-vous y entrer ?

Un porte-clefs nous ouvrit une lourde porte percée d’un judas qui permettait de surveiller l’intérieur de la souricière, et nous entrâmes.

La souricière des enfants était une salle oblongue, un parallélogramme garni de deux bancs de pierre sur ses deux principaux côtés. Il y avait là trois enfants. Le plus grand était assez grand. Il pouvait avoir dix-sept ans, et était vêtu d’affreuses guenilles jaunâtres.

Je parlai au plus petit, qui avait une figure assez intelligente, quoique énervée et abrutie.

— Petit, quel âge as-tu ?