Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Choses vues, tome I.djvu/156

Cette page a été validée par deux contributeurs.



ATTENTAT DE LECOMTE[1].


25 avril 1846.

J’ai dîné hier chez M. Decazes avec lord Palmerston et lord Lansdowne.

Lord Palmerston est un homme replet, petit, blond, qu’on dit spirituel. Il a la figure pleine, ronde, large, colorée, réjouie et fine, un peu vulgaire. Il avait un cordon rouge et une plaque que je crois être celle du Bain.

Le marquis de Lansdowne fait un contraste parfait avec lord Palmerston. Il est grand, brun, sec, grave et gracieux, l’air distingué ; un gentleman. Il avait une plaque à l’habit, et, au cou, un ruban bleu sombre, auquel pendait une décoration d’or émaillé en forme de roue surmonté de la harpe d’Irlande.

M. Decazes m’a amené ces deux messieurs. Nous avons causé quelques instants de l’Irlande, des céréales et de la maladie des pommes de terre.

— La maladie de l’Irlande est plus grave encore, ai-je dit à lord Palmerston.

— Oui, m’a-t-il répondu. Les campagnards irlandais sont bien misérables. Vos paysans à vous sont heureux. Ah ! vous êtes bien favorisés par le ciel ! Quel climat que la France !

— Oui, mylord, ai-je repris, mais vous êtes, vous, favorisés par la mer. Quelle citadelle que l’Angleterre !

Lady Palmerston est gracieuse et cause bien. Elle a dû être charmante. Elle n’est plus jeune. Lord Palmerston l’a épousée il y a quatre ans, après un amour mutuel qui durait depuis trente ans. Je conclus de la chose que lord Palmerston appartient un peu à l’histoire et beaucoup au roman.

À table, j’étais entre M. de Montalivet et Alexandre Dumas. M. de Montalivet avait la plaque de la Légion d’honneur et Alexandre Dumas la plaque

  1. Le 16 avril 1846, le roi faisait dans la forêt de Fontainebleau une promenade en char à bancs. Il avait à côté de lui M. de Montalivet, et, derrière lui, la reine et plusieurs de leurs enfants. On rentrait vers six heures, et on longeait les murs du parquet d’Avon quand deux coups de fusil partirent à gauche, mais n’atteignirent personne.

    Gardes forestiers, gendarmes, des officiers de hussards qui escortaient le roi, tous se précipitèrent. Un palefrenier escalada le mur et se saisit d’un homme dont le visage était à demi masqué d’un mouchoir. C’était un des ex-gardes général des forêts de la couronne, destitué de son emploi dix-huit mois auparavant, pour grave manquement au service. (Note de l’éditeur.)