Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Choses vues, tome I.djvu/142

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Louis-Philippe s’amusait fort de M. Dupin aîné, qui, croyant exagérer les raffinements du langage de cour, appelle Madame Adélaïde, sœur du roi, ma belle demoiselle.




SAINT-CLOUD.


16 novembre.

Le roi était hier soucieux et paraissait fatigué. Quand il m’a aperçu, il m’a conduit dans le salon qui est derrière le salon de la reine, et il m’a dit en me montrant un grand canapé de tapisserie où sont figurés des perroquets dans des médaillons : — Asseyons-nous sur ces oiseaux. — Puis il m’a pris la main, et s’est plaint assez amèrement :

— Monsieur Hugo, on me juge mal. On dit que je suis fin. On dit que je suis habile. Cela veut dire que je suis traître. Cela me blesse. Je suis un honnête homme. Tout bonnement. Je vais droit devant moi. Ceux qui me connaissent savent que j’ai de l’ouverture de cœur. Thiers, en travaillant avec moi, me dit un jour que nous n’étions pas d’accord : — Sire, vous êtes fin, mais je suis plus fin que vous. — La preuve que non, lui répondis-je, c’est que vous me le dites. — Thiers, du reste, a de l’esprit, mais il est trop fier d’être un parvenu. Guizot vaut mieux. C’est un homme solide. Un point d’appui. Espèce rare et que j’estime. Il est supérieur même à Casimir Perier, qui avait l’esprit étroit. C’était une âme de banquier scellée à la terre comme un coffre-fort. Oh ! que c’est rare, un vrai ministre ! Ils sont tous comme des écoliers. Les heures de conseil les gênent. Les plus grandes affaires se traitent en courant. Ils ont hâte d’être à leurs ministères, à leurs commissions, à leurs bureaux, à leurs bavardages. Dans les temps qui ont suivi 1830, ils avaient l’air humiliés et inquiets quand je les présidais. Et puis, aucun goût vrai du pouvoir. Peu de grandeur au fond, pas de suite dans les projets, pas de persistance dans les volontés. On quitte la partie comme un enfant sort de classe. Le jour de sa sortie du ministère, le duc de Broglie dansait de joie dans la salle du conseil. Le maréchal Maison arrive. — Qu’avez-vous, mon cher duc ? — Maréchal, nous quittons le ministère ! — Vous y êtes entré comme un sage, dit le maréchal qui avait de l’esprit, et vous en sortez comme un fou. —

Le comte Molé, lui, avait une manière de me céder et de me résister tout à la fois. — Je suis de l’avis du roi quant au fond, disait-il, je n’en suis pas quant à l’opportunité. — M. Humann, qui a été ministre des finances, était bon économiste, mais alsacien et entêté. Quand nous étions en désaccord, notam-