Page:Houde - Le manoir mystérieux, 1913.djvu/76

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
76
LE MANOIR

CHAPITRE X

INCIDENT DE VOYAGE


DuPlessis se rendit d’abord jusqu’au fort d’Yamachiche [1], où il passa le reste de la nuit chez son frère, et de bonne heure le matin il se remit en route pour Champlain. En arrivant à la Pointe-du-Lac, il s’aperçut que son cheval était déferré d’un pied de devant. Rencontrant deux paysans qui se rendaient à leurs travaux des champs, il leur demanda :

  1. Le fort d’Yamachiche était à environ une demi-lieue du village et de l’église actuels, à l’endroit appelé aujourd’hui le « faubourg de la Grande-Rivière ». C’est là qu’eurent lieu les premiers établissements de colons. Ce nom de fort provenait de ce que, dans les commencements de la colonie, ceux qui allaient s’établir dans l’intérieur du pays, à distance des villes fortifiées, telles que Québec, Trois-Rivières et Montréal, se groupaient, en cas d’attaques par les Indiens hostiles, près de quelque enceinte fortifiée élevée à la hâte et consistant généralement en palissades de pieux, dans lesquelles ils se réfugiaient au moment du danger. Au temps où se passaient les événements que nous racontons, ces légères fortifications n’existaient plus à Yamachiche, non plus qu’à la Rivière-du-Loup ; mais on continuait d’appeler « fort » le petit village de la Grande-Rivière d’Yamachiche, ainsi que l’endroit où se trouvait encore alors l’église paroissiale de la Rivière-du-Loup, à environ un tiers de lieue de l’église actuelle, sur la rive droite de la Rivière-du-Loup. Les murs de cette ancienne église sont restés en partie debout jusqu’à ces dernières années, alors que M. le curé Boucher les fit démolir pour les faire servir aux fondations du beau couvent des sœurs de l’Assomption, qui est aujourd’hui l’ornement de Louiseville. Dans plus d’une paroisse de l’une ou l’autre rive du Saint-Laurent, le mot « fort » s’est conservé jusqu’à nos jours parmi le peuple comme synonyme de village. Il n’est pas rare d’entendre encore des vieillards dire : « Je vais au fort » au lieu de : « Je vais au village. » C’est un souvenir de l’ancien temps.