Page:Houde - Le manoir mystérieux, 1913.djvu/51

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
MYSTÉRIEUX
51

pour mériter une telle récompense. Le domaine rapporte environ six mille livres bon an mal an, avec le moulin et le privilège de fabriquer des biscuits pour l’armée. Souviens-toi bien de cela. Maintenant, fais venir ton domestique pour qu’il me tire mes bottes et me serve une bouteille de vin.

Ils se séparèrent et ne se rejoignirent que peu d’instants avant l’heure du dîner, Deschesnaux élégamment vêtu comme un courtisan, et Cambrai ayant fait une espèce de toilette qui faisait encore plus ressortir sa difformité.

— Diable ! dit Deschesnaux, te voilà beau comme un chardonneret, Thom ; je crois qu’à présent tu pourrais fredonner un menuet et faire danser magiquement les chaises et les tables d’elles-mêmes. Mais parlons d’autre chose. As-tu préparé l’appartement de notre maître d’une manière digne de lui ?

— Il serait digne d’un prince, et madame Joséphine s’y donne déjà des airs de princesse.

— Tant mieux, Thom, car notre fortune dépend de ses caprices.

— En ce cas, M. Deschesnaux, nous bâtissons sur le sable, permettez-moi de vous le dire. Elle vous a fait un accueil glacial tantôt, et je pense qu’elle vous regarde, ainsi que moi, d’un mauvais œil.

— Alors, il faudrait que ce fût avec le tien, mon Thom. Mais, plaisanterie à part, sache qu’elle tient à moi comme à celui auquel elle doit son élévation. Sans moi eût-elle pu épouser M. Hocquart ? N’est-ce pas moi qui ai détruit tous les obstacles s’opposant à ce mariage sans l’aveu de son père ?

— Sans doute, mais elle pense peut-être que vous tenez le gouvernail de la barque, et que vos conseils sont la cause qu’elle ne peut être reconnue publiquement comme l’épouse de l’intendant de Sa Majesté. Vous savez combien elle tient aux grandeurs.