Page:Houde - Le manoir mystérieux, 1913.djvu/41

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
MYSTÉRIEUX
41

avez pour que je ne vous jette pas par cette fenêtre dans la rivière qui coule là, à côté d’ici.

— Il y en a dix contre une que vous ne m’y jetterez pas.

— Et pourquoi ? demanda Cambrai, les dents serrées et les yeux flamboyants.

— Parce que je suis maintenant plus vigoureux que vous et que vous n’oseriez me toucher. J’ai l’esprit du jeu des batailles, si je ne suis pas autant que vous possédé du démon de l’astuce.

Cambrai parut réfléchir, fit deux fois le tour de la salle, agité, puis il reprit :

— N’aie pas de rancune, mon bon Michel ; je voulais m’assurer si tu avais conservé ton honorable franchise, que les méchants appellent impudence. Mais quel est ton compagnon ? Est-ce un coupeur de bourses ?

— M. Gatineau DuPlessis, honnête gentilhomme, plein de qualités ; mais il ne trafique pas dans le même genre que moi. Peut-être y viendra-t-il plus tard ; mais ce n’est encore qu’un néophyte qui recherche la société des grands maîtres.

— Si telles sont ses qualités, excellent Michel, tu vas entrer avec moi dans un autre appartement, car ce que j’ai à te dire ne doit passer que par tes oreilles. Monsieur voudra bien nous attendre un moment.

DuPlessis fit un geste d’acquiescement, et les deux dignes amis sortirent ensemble.