Page:Houde - Le manoir mystérieux, 1913.djvu/241

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
MYSTÉRIEUX
241

— Deschesnaux ! Deschesnaux ! malheur à vous-même ! reprit M. Hocquart, dont un terrible soupçon venait à ces mots de frapper l’esprit.

— Toute la journée, poursuivit rapidement Deschesnaux sans se laisser déconcerter par cette menace, elle a donné des signes inquiétants de dérangement d’esprit, véritable dérangement, cette fois. Le ciel voulait peut-être par là nous punir d’avoir menti l’autre jour en la faisant passer pour folle lorsqu’elle ne l’était pas encore. Ne voulant pas que rien de funeste lui arrivât, je me préparais, tout à l’heure, à courir vous avertir, — mon cheval est encore là dans la cour qui m’attend, — lorsque soudain elle se précipita du haut de la galerie dans la rivière.

— Et vous ne vous êtes pas jeté après elle pour l’en retirer, lâche ? s’écria M. Hocquart.

— Voyez mes habits tout trempés, que je n’ai pas pris seulement le temps d’enlever avant de risquer ma vie pour sauver la sienne si c’était possible ; mais elle avait déjà disparu sous les flots.

Il s’était en effet trempé dans l’eau jusqu’au cou, mais seulement pour faire croire qu’il avait cherché à sauver sa pauvre victime.

— Nous tirerons au clair nos comptes ensemble plus tard, dit M. Hocquart, en se tenant la tête dans ses deux mains ; si je ne puis la revoir vivante pour…

Il ne put achever sa phrase, et s’affaissa en perdant connaissance. Il passa la nuit dans le délire. Lorsque, le lendemain, il reprit ses sens, il aperçut, en ouvrant la porte du salon, l’appartement tout tendu de blanc et un corps, recouvert d’un drap placé au pied d’une chapelle ardente. DuPlessis, qui le suivait, le prit par le bras pour le soutenir, en s’apercevant qu’il chancelait.