Page:Houde - Le manoir mystérieux, 1913.djvu/236

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
236
LE MANOIR

sur la galerie, par cette autre porte, que vous ouvrirez ou fermerez à l’aide de ces verrous.

La pauvre femme n’en dit pas davantage, et Cambrai ferma à clef la porte qui donnait à l’intérieur sur une antichambre inoccupée et nue de tout ameublement.

Joséphine, restée seule, ouvrit la porte qui donnait sur la galerie et vit qu’aucun escalier ne descendant dans la cour, il n’y avait pour elle de moyen de s’échapper qu’en traversant la rivière sur le petit pont de trois planches de largeur, qui reliait la chambre de Cambrai à la maison du meunier de l’autre côté.

Ce soir, se dit-elle, quand il fera noir, si mon mari n’est pas arrivé, je m’échapperai par là et courrai me placer sous la protection du bon M. Mercier, — c’était le nom du curé de la Rivière-du-Loup, — qui, lui, saura bien trouver assez de secours pour résister à mes persécuteurs. Raboin — tel était le nom du meunier, — est une bonne nature, il ne me dénoncera pas, s’il a connaissance de ma fuite.

En se parlant ainsi, elle jeta un coup d’œil à ses pieds, où la rivière, gonflée par de fortes pluies récentes, coulait à pleins bords. D’ailleurs à cette époque, où le déboisement des terres était peu avancé encore, les eaux de la petite comme de la grande rivière du Loup étaient en tout temps de l’année, excepté pendant la crue du printemps, plus hautes qu’à présent. Le sourd grondement des eaux tombant de la chaussée, le courant rapide qu’elle remarquait, et l’humidité glaciale qui montait des flots écumants, par ce matin d’une froide journée d’octobre, tout cela augmenta son effroi.

— Si le vertige gagnait ma pauvre tête, et si j’allais tomber dans cet abîme ! pensa-t-elle. Mais non, il y a des garde-corps, et je n’aurai qu’à faire attention.