Page:Houde - Le manoir mystérieux, 1913.djvu/23

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
MYSTÉRIEUX
23

il ne faut pas troubler la gaieté des autres parce qu’on a l’esprit et le cœur malades. Je vais donc prendre place avec vos amis plutôt que de rester dans mon coin comme un trouble-fête.

Il se leva et suivit Léandre Gravel, qui l’arrêta un instant pour lui dire en lui montrant les convives :

— À les entendre parler, vous allez les croire capables de tous les méfaits dont ils se vantent comme des fanfarons. Eh bien, ce sont de bonnes gens, aussi honnêtes qu’on peut l’être, en mesurant une aune d’étoffe trop courte d’un pouce ou en payant un compte avec des pièces de monnaie un peu légères de poids. Celui que vous voyez, par exemple, avec son chapeau de travers sur des cheveux hérissés comme les poils d’un porc-épic, qui a son justaucorps débraillé et veut se donner l’air d’un garnement, c’est un colporteur d’Yamachiche qui, dans sa boutique, est aussi soigné qu’un seigneur. Il parle de battre le grand chemin, de forcer les portes d’une cour, de manière à faire croire qu’il passe les nuits sur les routes à faire de mauvais coups, tandis qu’il dort paisiblement dans son lit.

— Et votre neveu ?

— Ah ! mon neveu, poursuivit l’aubergiste, j’espère qu’il s’est amendé. Je ne voudrais pas que vous prissiez à la lettre tout ce que j’ai dit de lui. Je voulais mortifier sa vanité, car je l’avais reconnu. Mais, dites-moi, sous quel nom dois-je vous présenter ?

— Sous le nom de Gatineau.

— Gatineau DuPlessis, tout au long, peut-être ?

— Comme vous voudrez, c’est tout un.

— Et des Trois-Rivières, sans doute ?

— Oui, des Trois-Rivières, où la race en est passablement forte.