Page:Houde - Le manoir mystérieux, 1913.djvu/229

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
MYSTÉRIEUX
229

CHAPITRE XXXVIII

SUR LE CHEMIN DE LA MORT


Il nous faut maintenant revenir au moment où Deschesnaux, profitant des ordres de l’intendant et du conseil du gouverneur, se hâta de se prémunir contre la découverte de sa perfidie, en éloignant de suite Joséphine des Trois-Rivières. Dans ce dessein, il fit demander Michel Lavergne, et il fut très irrité d’apprendre qu’on ne pouvait le trouver. Il alla réveiller Thom Cambrai, qui, ainsi que nous l’avons vu, était venu aux Trois-Rivières pour prévenir Deschesnaux de l’évasion de Joséphine. Cambrai était couché et dormait profondément lorsque, pénétrant dans sa chambre, Deschesnaux lui dit :

— Holà ! ho ! éveille-toi ; le diable ne t’a pas encore renvoyé de son service.

En même temps il secoua le dormeur, qui se leva encore à moitié endormi et en balbutiant :

« Au voleur ! au voleur ! Louise ! au secours ! »

— N’as-tu pas honte, imbécile, dit Deschesnaux en le secouant plus fort, de parler ainsi ? Allons, debout l’heure est venue de changer ton bail du manoir et du moulin en un acte de propriété.

— Si vous me l’eussiez dit à la face du jour, répondit Cambrai, je m’en serais réjoui ; mais, à cette heure, quand la pâleur de votre visage forme un sinistre contraste avec la légèreté de vos paroles, je ne puis m’empêcher de penser à ce que vous allez me demander plutôt qu’à la récompense que vous me promettez.