Page:Houde - Le manoir mystérieux, 1913.djvu/212

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
212
LE MANOIR

lui montre des fantômes. Son mari ferait bien de l’emmener le plus tôt possible loin du tumulte qui trouble sa pauvre tête et redouble ses hallucinations.

— Oui, dit le gouverneur, qu’elle quitte la ville, que M. Deschesnaux l’emmène sans retard. Il est réellement malheureux qu’une si belle personne ait perdu sa raison ; qu’en pensez-vous, M. l’intendant ?

— Très malheureux, en vérité, répondit ce dernier en affectant l’indifférence.

Bientôt de nouveaux amusements commencèrent. Ce soir-là ils consistaient en simulacres de combats entre des Iroquois et des Hurons. Dans le but de se délivrer un moment de l’horrible état de contrainte qui torturait son âme, M. Hocquart se mêla aux masques, couvert d’un manteau qui le déguisait. Mais il fut bientôt accosté par un masque qui lui dit à l’oreille :

— Je désire avoir avec vous un instant d’entretien privé pour une affaire très importante et très pressée qui vous touche de près.