Page:Houde - Le manoir mystérieux, 1913.djvu/197

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
MYSTÉRIEUX
197

des ursulines, bâti au commencement du siècle dans lequel on se trouvait. Ils passèrent ensuite à l’église paroissiale, dont la construction remontait à une date plus récente, c’est-à-dire à environ trente ans. Elle n’était pas encore ornée des sculptures qu’on y voit aujourd’hui.

Le gouverneur fut charmé des efforts faits par les récollets et les ursulines pour répandre l’éducation parmi le peuple.

Ensuite, il prit intérêt à examiner l’endroit où l’on faisait les canots d’écorce, industrie alors florissante aux Trois-Rivières et sans rivale dans le pays.

Dans l’après-midi, en compagnie de M. Hertel, directeur de l’établissement, du juge Fafard de Laframboise, de M. Boucher de Niverville, de M. Lefebvre de Lassiseraye, de M. Baby, de M. Badeau, et de M. Cressé, seigneur de Nicolet, il se rendit voir les Forges de St-Maurice. Les RR. FF. Nicolas-Albert Couturier et Augustin Quintal, récollets, l’y accompagnèrent aussi.