Page:Houde - Le manoir mystérieux, 1913.djvu/183

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
MYSTÉRIEUX
183

CHAPITRE XXIX

DELIBÉRATION


Le gouverneur et sa suite étaient arrivés au commencement de la soirée, au milieu des acclamations de la population de la ville et des paroisses environnantes accourue pour jouir du spectacle de la circonstance. Après que les hôtes distingués de M. le commandant Bégon eurent pris le souper qui les attendait, les amusements commencèrent et se prolongèrent jusqu’à une heure avancée de la nuit. Maître Apollon Jacques en était l’organisateur en chef. La marquise et Mlle de Beauharnais semblèrent y prendre intérêt, surtout à la représentation de chefs de tribus sauvages venant renouveler alliance avec le grand Ononthio, — père des blancs. Mais le marquis avait l’air pensif et préoccupé. En effet, il l’était.

Lorsque la foule se fut retirée du jardin et qu’il ne resta plus au château que les personnages auxquels le gouverneur y avait donné rendez-vous, on se réunit dans la grande salle, et le gouverneur communiqua à la réunion les dernières nouvelles qu’il avait reçues de France. Ces nouvelles faisaient pressentir ce qui allait bientôt arriver : la reprise des hostilités entre l’Angleterre et la France. En prévision de cette éventualité, il s’agissait de préparer le Canada à une nouvelle lutte contre les colonies anglaises de l’Amérique. C’est dans ce but que, en rendant visite à M. Bégon, le gouverneur général avait en même temps rassemblé un bon nombre de notabilités militaires et civiles du pays pour délibérer sur la situation.