Page:Houde - Le manoir mystérieux, 1913.djvu/182

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
182
LE MANOIR

— Le ciel me bénisse si je devine pour quel motif vous avez chassé ce pauvre homme, qui devait jouer un rôle dans les divertissements de ce soir.

— Très fidèle gardien, répondit Lavergne, j’ai reconnu ce jongleur, et tout ce que je puis vous dire pour le moment, c’est qu’il vaut infiniment mieux qu’un tel gibier n’habite pas sous votre toit. Il a dû se faufiler à travers la foule dans le but de faire des siennes s’il en trouvait l’occasion. Soyez content d’en avoir débarrassé le château.

— Vous avez peut-être raison, dit le gardien.

Deschesnaux était parti de la Rivière-du-Loup, croyant y avoir laissé Mme Hocquart malade. Il l’avait passée en chemin sans la remarquer, grâce au déguisement qu’elle portait et surtout à la fausse impression sous laquelle il était lui-même. Rendu aux Trois-Rivières, il s’était retiré chez le docteur Alavoine, et avait envoyé Lavergne faire l’espion au château du commandant. Grâce à son audace, Michel réussit à se faire passer pour un personnage de la suite du gouverneur général.