Page:Houde - Le manoir mystérieux, 1913.djvu/179

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
MYSTÉRIEUX
179

à elle, la Pauvre dame ; elle défend qu’on lui parle de vous, et elle est sur le point de se mettre sous la protection de M. l’intendant Hocquart.

— Quel est son projet ? Espère-t-elle que l’intendant emploiera son influence sur son infâme confident, et qu’il le déterminera à ne plus éloigner Joséphine de son vieux père ?

— Je ne saurais vous le dire, monsieur ; mais elle m’a chargé de remettre une lettre à M. Hocquart. Je lui ai bien promis que j’allais le faire ; mais j’attends vos ordres pour cela. Tenez, la voici… mais non… Peste soit de la lettre ! je l’aurai oubliée dans le chenil qui me sert de chambre à coucher.

— Pourvu que vous n’ayez pas perdu ce papier important ?

— Perdu ? non monsieur. Je l’ai soigneusement renfermé dans mon sac avec plusieurs autres objets à mon usage. Je vais le rapporter dans un instant.

— Allez vite. Soyez fidèle et je vous récompenserai généreusement. Mais gare à vous, si j’ai quelque raison de vous soupçonner. Dans ce cas, un chien battu serait moins à plaindre que vous.

Taillefer partit avec un air d’assurance, mais il tremblait au fond de l’âme. Ce n’était pas sans raison, car la lettre était perdue. Elle pouvait tomber en de mauvaises mains et dévoiler l’intrigue où lui-même se trouvait engagé. En outre, il était vivement blessé de l’accès de mauvaise humeur de son maître.

— Oui-dà ! pensait-il, si c’est de cette monnaie qu’on me paie pour des services où il y va de ma tête, il est temps que je songe à moi. J’offense ici, j’ai tout lieu de croire, le maître de ce château, lequel peut m’envoyer en prison aussi facilement qu’on éteint une chandelle, le tout pour une femme folle et son défenseur, qui, parce que je perds un chiffon de papier,