Page:Houde - Le manoir mystérieux, 1913.djvu/172

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
172
LE MANOIR

elle ne veut pas de la protection du capitaine DuPlessis, qui m’a envoyé pour la sauver ; et voilà maintenant qu’elle me donne une lettre pour le patron de Deschesnaux, pour cet intendant Hocquart qui, dit-on, ne voit que par les yeux de Deschesnaux ! Cette pauvre dame me fait l’effet d’avoir la tête dérangée.

Le résultat de ces réflexions fut que Taillefer se résolut d’attendre DuPlessis, de l’informer de l’arrivée de la dame et de ne rien faire sans son avis.