Page:Houde - Le manoir mystérieux, 1913.djvu/170

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
170
LE MANOIR

Mais le gardien, rendu à lui-même par cette tentative, cria d’une voix de tonnerre, en agitant un énorme casse-tête :

— Halte-là ! Taillefer lui dit qu’il appartenait à la troupe des comédiens, et que sa présence était indispensable au château. Mais le gardien fut inexorable, et il se mit grommeler des mots sans suite, en se parlant à lui-même. Puis, s’adressant à Taillefer :

— Vous êtes un traînard, vous n’entrerez pas.

Et il reprit son monologue.

— Attendez, dit Cyriaque, je sais où le bât le blesse. Je vais l’apprivoiser. Il descendit de voiture et, s’approchant du gardien, il tira la queue de sa peau d’ours et prononça quelques mots à voix basse. Jamais talisman n’opéra plus merveilleusement. À peine Cyriaque eut-il parlé, que le géant adoucit l’expression de son visage, laissa tomber son casse-tête et, prenant le jeune garçon dans ses bras, lui dit :

— Oui, c’est bien cela ; mais qui a pu te l’apprendre ?

— Ne vous en inquiétez pas, répondit Cyriaque, mais…

Et regardant Taillefer, il parla de nouveau tout bas à l’oreille du gardien, qui le remit de suite à terre et rappela Taillefer.

— Entrez, entrez avec votre dame, et, une autre fois, tâchez de ne plus arriver si en retard.

— Allons, avancez, reprit Cyriaque, je vais rester un moment avec ce brave gardien.

Et, plus bas, à Taillefer :

— Puis je vous rejoindrai et je pénétrerai dans vos secrets malgré vous.

Taillefer glissa une pièce d’argent dans la main d’un des domestiques, en lui disant tout bas que cette dame, qui faisait partie de la