Page:Houde - Le manoir mystérieux, 1913.djvu/15

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE MANOIR MYSTÉRIEUX




CHAPITRE I

L’AUBERGE DU CANARD-BLANC


En 1743, le village de la Rivière-du-Loup (maintenant Louiseville) possédait une auberge qui, bien que n’égalant pas l’hôtel Mineau d’aujourd’hui, n’était cependant pas à mépriser aux débuts de l’établissement de cette belle et riche paroisse. Située sur le grand chemin près de la rive gauche de la petite rivière du Loup, elle était tenue par Léandre Gravel, homme d’une cinquantaine d’années, ayant une femme active et propre, un fils complaisant et une jolie fille. Ajoutez à cela l’humeur toujours agréable du propriétaire et une cave remplie de bons vins, et vous conviendrez que c’était certes suffisant pour inviter les voyageurs à s’y arrêter. Aussi, parmi ceux qui voyageaient par terre entre Québec et Montréal, y en avait-il peu qui ne connussent le « Canard-Blanc » et n’en fissent l’éloge mérité. Les habitants de la Rivière-du-Loup étaient fiers de Léandre Gravel, et le père Léandre était fier de son auberge, de son intéressante famille, surtout de sa jolie fille, et de lui-même.

Ce fut dans la cour de cette auberge qu’un voyageur descendit vers la fin d’une tiède journée, de septembre. Il remit son cheval, qui pa-