Page:Houde - Le manoir mystérieux, 1913.djvu/145

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
MYSTÉRIEUX
145

Pendant que l’intendant s’égarait dans les rêves extravagants de son ambition, Deschesnaux continuait son chemin vers la Rivière-du-Loup, où il devait arriver le lendemain, et il supputait les chances qu’il avait de trouver la maîtresse du manoir tout à fait intraitable.

— En ce cas, pensait-il, Théodorus jouera son rôle, et la maladie de Mme Deschesnaux sera l’excuse de son absence aux Trois-Rivières. Ce sera même une longue et dangereuse maladie, si la marquise et Mlle de Beauharnais continuent à regarder l’intendant d’un œil favorable. En avant, mon bon cheval ! L’ambition et l’espoir de la vengeance percent mon cœur de leurs aiguillons, comme j’enfonce mes éperons dans tes flancs poudreux. Avançons, mon fier coursier, avançons, le diable nous pousse tous les deux !