Page:Houde - Le manoir mystérieux, 1913.djvu/102

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
102
LE MANOIR

cheter. Dès qu’il eut terminé sa besogne, nos deux voyageurs se remirent en route pour les Trois-Rivières.

Arrivés au relais, ils reprirent leurs chevaux de la veille, après avoir mangé quelque nourriture et payé le tout généreusement, et poursuivirent leur voyage avec célérité. Ils ne s’arrêtèrent qu’une dizaine de minutes à Champlain pour faire boire et reposer un peu leurs montures. Le soir, ils étaient aux Trois-Rivières. Leurs chevaux n’en pouvaient plus.