Page:Homère - Odyssée, traduction Séguier, Didot, 1896.djvu/71

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




CHANT IV



VOYAGE DE TÉLÉMAQUE À SPARTE

Arrivés dans le val où Sparte se déroule,
Ils gagnèrent le seuil du puissant Ménélas.
De son fils, de sa fille, à ses amis en foule
Ce prince offrait chez lui le nuptial repas.
Sa fille, il l’envoyait au bouillant fils d’Achille :
À Troie un jour, en forme, il lui promit sa main,
Et les dieux maintenant célébraient cet hymen.
Donc, avec des chevaux et des chars à la file
Il l’envoyait à Phtie, au roi des Myrmidons.
D’Alector il donnait la fille laconienne
À son Mégapenthès, fruit d’une esclave ancienne :
Car d’Hélène le ciel fit les flancs inféconds,
Du jour qu’elle enfanta cette aimable Hermione
De l’orine Aphrodite égalant la beauté.
Ainsi, dans ce palais immense et haut voûté,
Les voisins, les amis du grand porte-couronne
Soupaient gaîment : près d’eux, un aède chantait
En jouant de la lyre, et, mimant son langage,
Un couple de danseurs sur les dalles sautait.