Page:Homère - Odyssée, traduction Séguier, Didot, 1896.djvu/33

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




CHANT II



ASSEMBLÉE DES ITHACÉENS ET DÉPART DE TÉLÉMAQUE.


Quand l’Aurore effeuilla ses roses matinales,
Le fils chéri d’Ulysse, incontinent levé,
Se vêtit, en sautoir mit un glaive éprouvé,
Noua sur ses pieds blancs de superbes sandales,
Puis sortit de sa chambre, imposant comme un dieu.
Il ordonna de suite aux hérauts à voix claire
D’appeler tous les Grecs au conseil populaire ;
Les hérauts d’obéir, ceux-ci de tarder peu.
Télémaque, aussitôt la foule réunie,
Marcha vers l’assemblée, une lance à la main ;
Deux limiers vigilants lui tenaient compagnie.
Pallas l’avait doté d’un charme surhumain.
Et tous les habitants l’admiraient au passage.
Sur le trône il s’assit ; chaque ancien s’effaça.

Or le héros Égypte à parler commença :
Il savait mainte chose, étant courbé par l’âge.
En effet son cher fils Antiphe, un bon guerrier,
Suivit sur ses vaisseaux l’époux de Pénélope