Page:Homère - Odyssée, traduction Séguier, Didot, 1896.djvu/151

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




CHANT VIII



SÉJOUR D’ULYSSE DANS L’ÎLE PHÉACIENNE

Quand le Matin rougit les célestes grisailles,
D’Alcine se leva la sainte Majesté ;
Autant en fît Ulysse, abatteur de murailles.
Le roi mena son hôte au Conseil adopté
Par les Phéaciens auprès de leur Marine.
Sur la pierre luisante ils s’assirent tous deux.
Minerve, sous les traits du céryce d’Alcine,
Ménageant le retour de son héros fameux,
Parcourait la cité, des centres à la côte,
Et décochait ces mots à chaque citoyen :
« Allons ! chefs et régents du sol Phéacien,
Courez vers l’agora, pour apprendre quel hôte
Du sage Alcinoüs habite le palais,
En réchappé de l’onde ; aux dieux il est semblable. »
Elle excitait ainsi la foule malléable.
L’enceinte et les gradins se bondent sans délais
De curieux : chacun du brave Laërtide
Admire le maintien. Pallas avait semé
Sur sa tête et son buste une grâce splendide,
Et lui prêtait un corps plus grand, plus animé,