Page:Homère - Odyssée, traduction Séguier, Didot, 1896.djvu/123

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




CHANT VI



ARRIVÉE D’ULYSSE CHEZ LES PHÉACIENS

Tandis que reposait ainsi le noble Ulysse,
Vaincu par la fatigue et le sommeil, Pallas
Court aux Phéaciens, dans leur ville se glisse.
En la vaste Hypérée autrefois leurs États
Touchaient ceux du Cyclope, arrogante peuplade
Qui les violentait, étant plus forte qu’eux.
Le fier Nausithoüs leur fit quitter ces lieux,
À Schère les fixa, loin de toute algarade.
Il bâtit des maisons, emmura la cité,
Créa des temples saints et partagea les terres.
Mais alors, chez Pluton l’ayant mené les Kères,
Alcinoüs régnait, par les Dieux assisté.

Méditant le retour du naufragé sublime,
La déesse aux yeux pers se rendit au palais.
Elle entra dans la chambre au décor bellissime,
Où, déesse elle-même en stature, en attraits,
Dormait Nausicaa, du roi la fille aimée.