Page:Henry - Histoire de l'abbaye de Pontigny.pdf/250

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
240
histoire

l’église dénoncée, comme chapelle de couvent, allait subir le même sort, sans les réclamations et l’opposition généreuse des habitans tandis que l’on enlevait les débris, de l’abbaye, le temps critique s’écoula et l’église se trouva avoir conservé les reliques de saint Edme, ses tableaux, ses orgues[1], ses autels, ses magnifiques stalles et ses grilles de fer. La commune Pontigny[2], qui n’est composée que d’environ sept cents âmes, ne pourra suffire à l’entretien de cet édifice, si le gouvernement ne vient à son secours. Ainsi cette belle basilique, qui a été sanctifiée par des noms et des souvenirs destinés à vivre dans notre histoire nationale, est me-

    difficulté de décrire avec-intérêt et exactitude un édifice dont les pierres sont dispersées.

  1. C’est en touchant de l’orgue dans cette basilique que M. Cabias, desservant de Pontigny, fit, en 1828, la découverte de l’orgue simplifié, au moyen duquel un enfant, qui connaît seulement les chiffres, peut donner une messe solennelle.
  2. Cette commune prit naissance auprès de l’abbaye, après l’an 1114. Venousse a été la mère-paroisse jusqu’en 1792. Alors Pontigny, devenu important par sa population, fut érigé en commune. Il comprend les villages de la rue Feuillée, du Pont, la Tuilerie ; les fermes du Beugnon, de Sainte-Porcaire, de Sainte-Radegonde, de Roncenay, et deux maisons de la Mouil1ère, successivement détachées de Ligny-le-Châtel et de Vergigny. La route d’Auxerre à Saint-Florentin traverse Pontigny, et présente dans cette commune une rue bordée de belles maisons.
    Lab. Bibl. mss. t. ii, p. 422.La ferme de Roncenay, Roncenniacum, Runcennaicum, Rontonicum, autrefois de Vergigny, a été vendue en 1790. Aujourd’hui, c’est un hameau de trois feux. Lebœuf, Mém., t. i, p. 211. En 925, Betton, évêque d’Auxerre, donna cette terre, avec Venousse, aux chanoines de la cathédrale. On l’appelait alors Rontoniacum. Elle passa à l’abbaye de Pontigny vers 1120 ; Cart. de Pont., t. ii, p. 19 et 73.elle est nommée dans la charte terra Runcinaci, terre de Roncenay.