Page:Henry - Histoire de l'abbaye de Pontigny.pdf/117

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
107
de l’abbaye de pontigny.

ces hommes puissans qui, pendant le court espace de leur existence, envahissaient le patrimoine du plus faible et asservissaient leurs semblables ? À mesure que l’on s’est éloigné des temps où ces orgueilleux dominaient, on a vu l’éclat de leur renommée pâlir et s’éteindre, tandis que nous proclamons encore les noms de ceux qui ont été les bienfaiteurs de l’humanité.

En 1222, Guy, comte de Nevers, et Mathilde, son épouse, confirmèrent la donation du bois de la Suez, faite par Hervé, qui était décédé, et la même Mathilde, alors son épouse, à condition que l’on célébrerait, chaque année, leur anniversaire.

En 1235, le pape Grégoire IX, adressa à Pierre une bulle, par laquelle il révoque et annule l’accord qu’il avait passé conjointement avec les trois autres premiers pères et l’abbé de Cîteaux, touchant la primauté ; il veut que l’on s’en tienne au règlement du pape Honoré III, son prédécesseur. Par une autre bulle, expédiée d’Agnanie, l’abbé Pierre fut créé légat du pape, avec l’évêque de Tournay, pour pacifier un différend entre saint Louis et l’archevêque de Rouen.

L’abbaye de Pontigny recelait toujours des donations. Guillaume, seigneur de Mont-Saint-Jean ; Bura, son épouse (1205) ; Guillaume et Philippe d’Ancy-le-Franc ; Jobert de Venousse, fils de ce dernier (1255), donnèrent différens biens. Les seigneurs de Ligny-le-Châlel, témoins rapprochés de la régularité des religieux, ne le cédèrent point en générosité à leurs voisins. T. iii, p. 14 et suiv.Gile, fils de Guillaume de Ligny-le-Châtel, chevalier, donna une rente sur ses