Ouvrir le menu principal

Page:Haraucourt - Amis, 1887.djvu/99

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

À TROIS. 87

revivre encore ? Voulait-elle rassurer les scrupules de leur hôte, et les endormir dans une dangereuse sécurité ? Peut-être : elle n’en savait rien elle-même, mais pour cela seulement, peut-être, elle avait forcé ses souvenirs à un silence qui lui pesait, et qu’elle aurait, sans ce calcul, secoué comme une servitude. Souvent, en effet, au milieu de quelque causerie indifférente ou grave, elle commençait un sourire aussitôt contenu, et, relevant la tête comme pour parler, se taisait.

Georges, dont l’esprit féminin avait avec le sien des contacts et des ressemblances, devinait parfois le sens de ces mimiques, et la pensée qu’elle avait eue. Il se démontrait par là que Jeanne n’avait rien oublié, mais comment pouvait-il espérer qu’elle oubliât, si tôt du moins ? Il se sentait provisoirement satisfait par cette soumission à leur pacte, et bien qu’il se tînt sur une réserve armée, il se félicitait d’avoir triomphé et mené les choses au point marqué d’avance. La victoire, pour incomplète qu’elle fût, lui paraissait plus facile qu’il n’avait espéré, et sa vanité même le conduisait à en grandir les conséquences possibles. Il voyait là une preuve de la faiblesse de Jeanne, plutôt que de sa vertu ; mais, content de l’avoir subjuguée dès sa première résistance, il augurait des résistances à venir, et involontairement lui savait quelque gré de s’être laissé vaincre.

Elle remarqua en peu de temps l’avantage que lui donnait cette attitude, et prit soin de s’y perfectionner.