Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la tête dans ses mains, il se pencha pour la baiser au front, mais elle le repoussa :

— Oh, tu m’ennuies. Tiens, tu me fais rougir encore… C’est vrai : je n’aime pas les sentimentalités, comme ça, en plein jour…

Elle s’appuya au bras de Georges.

— Défendez-moi !

Il pensa : « Je vous écraserais volontiers, madame. »

Tous trois errèrent ensemble jusqu’à la tombée du soir.

La journée avait paru longue à Desreynes et son ami l’avait senti. Il en était chagrin. Georges n’osait plus douter que son inconnue des Beaux-Arts ne fût réellement celle qui marchait là, à leurs côtés. À plusieurs reprises, Jeanne avait prononcé, avec une malice contente, quelques mots d’allusions équivoques, que son mari n’entendait pas. Cette complicité mortifiait Desreynes.

— Ah, si du moins c’était sur moi qu’une telle créature fût tombée ! J’étais armé pour la défense, moi ! Mais celui-ci !

— Savez-vous qu’il est fort mal, monsieur Georges, de refuser son portrait aux amis ?… Supposez…

— J’ai la tête bien lasse, madame, pour supposer quelque chose qui ait le sens commun.

— Nous nous passerons de ce sens-là ; je n’aime pas ce qui est commun.

— Dis-nous donc ta supposition, Jeanne ?