Page:Haraucourt - Amis, 1887.djvu/47

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


désir par celui des gens que l’on aime ! On arrive à trouver moins de plaisir dans la satisfaction de ses goûts que dans le sacrifice apparent qu’on en fait. Le premier bonheur, au fond, n’est-ce pas de donner le bonheur ? On se fait un miroir de celui qu’on a toujours devant les yeux ; on jouit dans les autres au lieu de jouir en soi-même, et l’on jouit mieux.

Desreynes avait perdu l’habitude de ces philosophies, mais il en sentait la sincérité.

— Et, ajouta Pierre, en bonne raison, en quoi m’importe-t-il, à moi, d’être ici ou là, pourvu que je sois près d’elle, et près de toi aussi, mon Georges ?

— Tu es toujours le même, Pierre…

« Allons, pensa-t-il, je suis un imbécile : c’est le paradis, leur Merizet ! »

Arsemar, comme impatient de quelque chose, tendait le cou vers un angle de la route.

— Là-bas, s’écria-t-il, reconnais-tu, là-bas ?

Joyeux, il montrait l’horizon.

Le sommet d’un toit rose, très loin, se baignait de soleil, au-dessus d’un bouquet d’arbres, au pied d’une côte rocheuse.

— À cette heure-ci, elle se lève pour nous recevoir…

Après une pause :

— Elle me fait aimer jusqu’aux tuiles de ma maison.

Il parlaient peu, maintenant : tout d’abord, ils avaient cédé à cette honte de se taire qui, dans les premiers instants d’un rendez-vous ému, alors