Ouvrir le menu principal

Page:Haraucourt - Amis, 1887.djvu/341

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


IV


J’ai pleuré en rêve : j’ai rêvé que
tu m’aimais encore ; je m’éveillai,
et le torrent de mes larmes coule
toujours.

H. Heine.



Elle l’avait lassé, cette fausse paix des premiers jours : il semblait que sa douleur lui manquât.

— Veux-tu que nous partions, mon Pierre ?

— Avec le temps qu’il fait ici !

— Pourquoi n’avoir rien dit plus tôt ?… Je désire tout ce qui te plaira. Où allons-nous ?

Arsemar avait peut-être un but et n’osait l’avouer.

— Au nord ?

— Sous l’averse !

— Au midi, pour chercher les saisons chez elles ? Je veux bien. Descendre en Espagne ?

— Ah, les boléros !

— En Grèce ?

— Un catafalque !

— La Turquie ?

— Non.