Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


« J’ai pensé qu’en vous informant d’un scandale qu’il est impossible maintenant de réparer, je vous aurais du moins mis en état d’y couper court et d’arrêter les mauvais propos qui circulent sur votre aveuglement ou votre bienveillance.

« On a beaucoup trop causé déjà de Mme d’Arsemar et de votre ami, et vous pourriez, en interrogeant ceux qui sont plus que d’autres à même de vous fournir des preuves et des détails, acquérir comme nous la certitude qu’il ne vous convient pas de conserver plus longtemps sous votre toit l’homme qui a trahi votre confiance et déshonoré votre beau nom.

« Vous me permettrez de ne pas insister davantage sur une situation que ma dignité me défendrait d’approfondir, et, comme j’ai la conscience de vous avoir loyalement rendu un signalé service, vous apprécierez la discrétion qui me conseille de dérober à votre gratitude le nom d’un

« Ami inconnu. »

Georges défaillait : il se jeta dans les bras de son ami, abîmé de douleur et de honte.

— Pardon…

— Eh bien ? Mais es-tu un enfant, Georges, et vas-tu te navrer pour les ignominies d’un autre ? Je t’aurais cru mieux armé contre tes frères, et tu me donnes presque regret de t’avoir apporté cette ordure.

— Mon Pierre, pardon !…