Page:Haraucourt - Amis, 1887.djvu/247

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


blanches béaient sur les dents serrées ; puis, avec un geste d’effroi pareil à ceux qu’on a dans le délire, des deux mains il repoussa l’air autour de lui, comme si l’air eût été imprégné de celle qu’il ne voulait toucher.

— Georges, je vous conjure…

Mais il se mit sur son séant ; ses prunelles de fou dardaient une menace furieuse, et Jeanne se sauva encore.

Rentrée chez elle, elle verrouilla la serrure et alla s’écrouler sur un divan.

— Oh, c’est donc si terrible, l’adultère !

Immobile, écrasée, elle attendit. Quoi ? Ce que Dieu voudrait.

Les minutes étaient plus longues que des heures : « Que tout soit fini ! » Mais, soudain, elle s’effrayait en voyant les instants s’écouler si rapides.

Elle crut que le châtiment venait la prendre, quand les sabots d’un cheval sonnèrent sous ses fenêtres. Pierre ! Elle reconnut le pas, dans l’escalier, puis, là, derrière cette cloison… Il frappait…

— C’est moi, ma Jeanne.

— N’entre pas !

La voix lui répondit à travers la muraille : — Personne ne l’a vu, as-tu des nouvelles ?

— Non.

Un domestique passa et dit :

— Monsieur le comte cherche M. Desreynes ? Monsieur doit être chez lui : j’ai cru l’entendre à sa toilette.