Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Quelle Circé a donc empoisonné votre hôte, ma chère, pour le faire si méchant ? Il était plus aimable, l’autre soir.

La jolie dame, en souriant, rayait le sable du bout de son ombrelle ; l’impatience de la comtesse ne lui avait pas échappé, et la coquette s’amusait de taquiner cette jalousie avec le souvenir de ce qu’elle pensait être une infidélité.

La croyance qu’elle volait un amour l’eût rendue indulgente à toutes les galanteries de Georges. Car, le point d’honneur varie, ici-bas : une fille ne voudrait prendre les amants d’une amie, et cède avec joie aux amis d’un amant ; une dame se ferait scrupule d’agréer l’ami d’un amant, et se fait gloire de ravir l’amant d’une amie. Dût celle-ci en souffrir !

Et Jeanne souffrait ; non point dans sa tendresse : elle n’en avait pas ; mais dans sa vanité. Rarement une femme perd assez l’esprit pour n’être pas sensible aux pointes d’une autre femme ; celle-ci trouvait ridicules son rôle et son attitude, et détestait cette amie pour sa visite et ses lazzis. Georges l’indignait aussi parles attentions dont il entourait l’autre ; et, plus froidement que tantôt, ayant en plus un besoin de vengeance, elle arrêta sa résolution d’avoir avant demain, avant ce soir, un triomphe qui serait éclatant.

L’étrangère riait, causait, montrait ses dents, montrait sa cheville, faisait parade des complaisances de Desreynes et les entretenait de tout son pouvoir. Le jeune homme finit par la trouver trop séduisante, et,