Page:Haraucourt - Amis, 1887.djvu/158

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lui seul le flambeau s’abaissait ; à lui ses fleurs et ses rubans : toujours lui ; toutes ses valses furent à lui. On jasait.

— Soyez prudent, lui dit la sous-préfète en balançant son éventail de nacre et de malines : vous dansez trop après souper, beaucoup de généraux sont morts comme cela.

Georges sentait l’imprudence d’un tel jeu, et bien que l’opinion de tous ces gens l’intéressât comme une mouche qui vole, il était importuné par l’honneur de son ami. Il en parla discrètement à Merizette.

— Encore ! Quand les hommes invitaient, vous m’avez délaissée : je me rattrape.

Autour du salon, on se réjouissait du scandale plus encore que du plaisir même, et l’excellence du souper avait rendu des forces contre les maîtres du logis. Que de choses à dire demain ! La comtesse était peu aimée, et d’Arsemar, nouvel Aristide dans l’ostracisme de canton, avait amassé, par la grandeur même de son caractère, d’humbles et glapissantes rancunes. Rien à reprocher à un tel homme, et venu de loin ! Il aurait donc enfin son lot ! Et tout en riant dans sa fête, on se pâmait à la promesse de l’en punir.

On épuisa les suprêmes fantaisies du cotillon ; Valtors usait son génie à se rappeler du nouveau.

Dans le parc, les lanternes s’éteignaient ; une pâleur bleue monta dans le ciel et baigna les vitres blanchies de buée. Le bruit des carrosses roulait sous les fenêtres ; par degrés, le salon se vida.