Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Quelquefois seulement… Je disais donc que monsieur le comte entra dans une grande colère et qu’il prit aussitôt un mal énorme pour mener cette affaire en appel. Voulez-vous mon avis ? Je crois que le Barraton sera acquitté devant la cour. Mais qu’est-ce que cela prouve ?

— Cela prouve, monsieur, que la justice est la mort de l’équité, comme l’équité est la condamnation de la justice, et que l’une ne peut vivre, sinon en l’absence de l’autre.

— Ah, permettez…

On faisait cercle.

— Je crois comme mon ami, poursuivit Desreynes, que la justice est un mal, un mal utile ; je m’en sers, mais je ne le respecte pas.

— Distinguons ! Je ne suis pas assis. Le parquet…

— Asseyez-vous sur le parquet.

— Très joli, monsieur de Valtors !

— Ce baron, il est tout or et azur !

— Les hommes n’ont pas de droits naturels sur les hommes.

— Excusez ! La société, dont la base repose sur des conventions acceptées et tendant au bien-être commun, peut créer des lois.

— Mais non des droits, s’écria Pierre. Juger, punir, que ce soit une nécessité, j’y consens avec tristesse ; mais ce n’est pas un droit, en morale pure. Cela est légal, mais non point légitime.