Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


III


Tous les hommes se haïssent
naturellement.

Pascal.



Georges resta stupéfait ; les ongles de la jeune femme avaient déchiré sa main ; il était sur de n’avoir rien fait qui la dût révolter, et ne s’expliquait pas qu’une simple maladresse l’indignât aussi fort.

Il pensa l’avoir serrée trop étroitement, et attribua à la pudeur cette colère soudaine et cette fuite.

Jusqu’au soir, Jeanne l’évita ; mais après la veillée elle s’approcha de lui :

— Pardon, dit-elle à voix basse.

Il comprenait mal ; pourtant, il demeura satisfait de reconnaître en elle une chasteté si scrupuleuse, et dont il ne la croyait point capable. Mais, ce mot de pardon ? — Elle a senti combien sa crainte était déplacée, offensante même, et s’en excuse.

Au lendemain, Jeanne rougit en le voyant, et reprit son allure ordinaire.

C’était le jour du bal ; les deux amis laissèrent la