Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et quand Desreynes fut seul dans sa chambre, les mains jointes sous la nuque et presque dressé sur son lit, il se ressouvint d’avoir vu déjà l’ombre des feuilles tourner sur les rideaux de sa fenêtre, dans une nuit semblable, mais combien triste, celle-là !

Il pensa comprendre que son imagination l’avait tout d’abord entraîné à un pessimisme excusable, mais quelque peu ridicule ; et, revenant à l’heure présente, il sourit. Quel changement, en effet ! La sympathie après la haine, la confiance après les frayeurs ! Il avait tourné comme faisait la lune.

— Femme que je suis !

Sur cette insolence, il s’endormit très heureux.