Page:Hamel - Titien, Laurens.djvu/9

Cette page a été validée par deux contributeurs.


TITIEN



Tiziano Vecelli, que nous appelons Titien, n’est pas seulement le maître le plus parfait de l’école vénitienne et le plus grand coloriste de l’Italie, mais encore un de ces génies universels qui ont pénétré les lois et les secrets de la nature. Son œuvre, riche de joie et de beauté, est un poème de formes et de couleurs, où la grâce et la puissance, la science de l’effet et le sentiment de la nature s’unissent dans un parfait équilibre de sobre richesse et de mâle élégance. Titien fut avant tout une nature harmonieuse. Il ne semble pas qu’il ait souffert ni d’une ambition qui dépassât son pouvoir, ni d’un excès de sensibilité, ni de la tentation d’exprimer l’inexprimable. Rien d’excessif en lui, rien de douloureux ni de surhumain. Ses créations ne portent aucune trace d’effort. Elles s’offrent à nous comme des fruits gonflés de suc, mûris et dorés par un soleil clément dans le jardin des Hespérides.

L’époque et le milieu où se déroule son existence presque centenaire fournirent à son génie ouvert et accueillant une matière infiniment riche et variée. Toute l’ardeur et toute la douceur de vivre qui s’épanouissaient