Ouvrir le menu principal

Page:Gustave Flaubert - Trois contes.djvu/166

Cette page a été validée par deux contributeurs.


que j’espère ? D’avance, tous les peuples s’agenouillent, et ta domination sera éternelle, fils de David !

Le Tétrarque se rejeta en arrière, l’existence d’un fils de David l’outrageant comme une menace.

Iaokanann l’invectiva pour sa royauté.

— Il n’y a pas d’autre roi que l’Éternel ! et pour ses jardins, pour ses statues, pour ses meubles d’ivoire, comme l’impie Achab !

Antipas brisa la cordelette du cachet suspendu à sa poitrine, et le lança dans la fosse, en lui commandant de se taire.

La voix répondit :

— Je crierai comme un ours, comme un âne sauvage, comme une femme qui enfante !

Le châtiment est déjà dans ton inceste, Dieu t’afflige de la stérilité du mulet !

Et des rires s’élevèrent, pareils au clapotement des flots.

Vitellius s’obstinait à rester. L’interprète, d’un ton impassible, redisait, dans la langue des Romains, toutes les injures que Iaokanann rugissait dans la sienne. Le Tétrarque et Hérodias étaient forcés de les subir deux fois. Il haletait, pendant qu’elle observait béante le fond du puits.

L’homme effroyable se renversa la tête ; et, empoignant les barreaux, y colla son visage, qui