Ouvrir le menu principal

Page:Gustave Flaubert - Trois contes.djvu/134

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Page 99, ligne 5, l’on avançait environné…

Page 100, ligne 5, pas. Alors croyant…

Page 100, ligne 10, quand tout à coup il se…

Page 100, ligne 22, jusqu’à présent une…

Page 102, ligne 20, revoir, et son…

Page 102, ligne 24, campagne ; ou bien, étendus…

Page 102, ligne 26, ciel. Quelquefois elle lui…

Page 104, ligne 16, Fort essoufflé et…

Page 108, ligne 28, représentèrent, formant autour…

Page 109, ligne 26, portait à sa gueule…

Page 110, ligne 1, semblaient ruminer un…

Page 110, ligne 7, Tout à coup le chant…

Page 111, ligne 6, l’impression légère d’une…

Page 111, ligne 17, cœur, tout de suite, n’avaient…

Page 111, ligne 22, rapprochait, s’enflait, devint…

Page 115, ligne 8, tous s’éloignaient, en faisant…

Page 115, ligne 13, puis tiraient l’auvent…

Page 116, ligne 28, insectes aux ailes d’or posés…

Page 117, ligne 18, des voyageurs du fond…

Page 117, ligne 28, son visage, Julien…

Page 118, ligne 1, celle-là. Tout à coup il…

Page 122, ligne 12, porte ; et tout à coup il le vit…

Page 124, ligne 12, avec tes mains…