Ouvrir le menu principal

Page:Gustave Flaubert - Œuvres de jeunesse, II.djvu/159

Cette page n’a pas encore été corrigée


chirer, quoique l’enveloppe qui la renferme soit calme et bienheureuse ? Voyez comme elle s’abtme dans le septicisme universel, dans cet ennui morne qui a pris notre race au berceau, tandis que la politique bégaye, que les poètes à peine ont le temps de cadencer leur pensée et qu’ils la jettent à demi écrite sur une feuille éphémère, et que la balle homicide éclate dans chaque grenier ou dans chaque palais qu’habitent la misère, l’orgueil, la satiété !

Les questions matérielles sont résolues. Les autres le sont-elles ? Je vous Je demande. Dites-Je-moi. Et tant que vous n’aurez pas comblé cet éternel gouffre béant que l’homme a en lui, je me moque de vos efforts, et je ris à mon aise de vos misérabLes sciences qui ne valent pas un brin d’herbe.

Vienne donc maintenant un homme comme Rabelais ! Qu’il pUiSSe SC dépouiller de toute colère, de toute haine, de toute douleur ! De quoi rira-t-il ? Ce ne sera ni des rois, il n’y en a plus ; ni de Dieu, quoiqu’on n’y croie pas, cela fait peur ; ni des jésuites, c’est déjà vieux.

Mais de quoi donc ?

Le monde matériel est pour le mieux, ou du moins il est sur la voie.

Mais L’autre ? Il aurait beau jeu. Et si le poète pouvait cacher ses larmes et se mettre à rire, je vous assure que son Livre serait Je plus terrible et le plus sublime qu’on ait fait.

NOTE.

Cette étude sur RaMais a paru pour la première fois dans Pox tes Champs et pox les Grèves, Paris, Charpentier, éditeur, i886.

Le manuscrit n’est pas daté, mais une allusion y est faite dans la Correspondance en 1839.