Ouvrir le menu principal

Page:Gustave Flaubert - Œuvres de jeunesse, II.djvu/146

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vite et alla porter jusqu’à Mathurin le souvenir des dernières saveurs de son existence et réchauffer sa tête couchée sur la terre !

On ne vit plus que les restes de deux bouteilles, ruines comme les autres ; elles rappelaient des joies, et montraient un vide.


Vendredi, 30 août 1839.