Page:Guillerm Herrieu - Recueil de Melodies bretonnes.djvu/45

Cette page n’a pas encore été corrigée



Traduction
La petite Marguerite et ie petit Louis


1. Le soleil se lève, les oiseaux chantent ;
Je vois, au milieu de la lande, ma douce venir.

2. Je la vois tricotant, tout eu chantant une sône

Pendant que son troupeau traverse la lande.

3. Lorsqu’elle arrive auprès de moi, mon cœur est tout joyeux,
Je chante un couplet, elle me répond à l’instant.

4. — Bonjour à vous, Marguerite, bonjour à vous du fond du cœur,

Par ce temps radieux que pense votre cœur ?

5. — Je ne sais, Louis, je ne sais rien de bien intéressant,
Je ne sais que chanter, chanter et tricoter.

6. — Pourtant, ô ma bergère, lorsque les arbres sont en fleurs

Le cœur d’une jeune fille devrait fleurir aussi ?

7. — Mon cœur, jeune homme, est toujours content,
Lorsque je vois mon ami, et qu’il est joyeux.

8. — Dites moi, petite Marguerite, quel est donc votre ami ?
Celui que vous aimez a son cœur plein de joie !

9. Sans doute, ô Marguerite, avez-vous choisi un Monsieur,
Qui vous parrera d’ors et de dentelles ?

10. — Que voulez vous que je fasse chez un Monsieur à la ville,

Loin de mon cher troupeau et de mes vertes prairies.

11. Non pas, non pas, Louis, je n’aurai point un Monsieur,
Je veux rester à la campagne avec celui que j’aime.

12. Celui qui possède mon cœur, n’est pas loin de moi,
Ce n’est pas un Monsieur, mais malgré cela il sait aimer.

13. Lorsque je chante une chanson, je l’entends la siffloter…
Mon cœur saute bien fort lorsque je le vois m’approcher…

14. Nos voix souvent, dans la lande solitaire,
Se mêlent, et portent au lieu l’écho de notre amour.

15. Je voudrais voir, o mon ami, je voudrais voir

Comme elles, nos cœurs à jamais unis ?…

16. — De tout cœur, Marguerite, de tout cœur merci,
Si vous m’aimez, ma douce, votre amour est partagé…


Nota-bene. Cette sône est connue dans toute la Basse-Bretagne ; elle commence par ces
paroles : m’em es un enig rous… La version vannetaise que j’ai recueillie est malheureusement fort incomplète ce qui m’a obligé à la remplacer par de nouvelles paroles.