Page:Guesde - La Commune de 1871.djvu/47

Cette page a été validée par deux contributeurs.






INDEX DES NOMS CITÉS


Babeuf François, dit Gracchus (1760-1797). — Révolutionnaire français, chef de la conspiration « pour l’Égalité », dont les membre s’appelaient les « Égaux ». Son but final était l’établissement du communisme. Dénoncé par un traître, il fut condamné à mort et guillotiné.


Baudin (1814-1851). — Médecin et homme politique français. Représentant du peuple à l’Assemblée nationale de 1850. Tué sur une barricade le 2 décembre 1851, en appelant le peuple parisien à la résistance au coup d’État bonapartiste.


Bebel Auguste (1840-1018). — Leader et fondateur de la social-démocratie allemande. S’abstint, comme Liebknecht, au vote des crédits pour la guerre de 1870. Après la proclamation de la République en France (4 septembre), vota contre la guerre et l’annexion de l’Alsace-Lorraine à l’Allemagne.


Berryer Antoine (1790-1808). — Homme politique français, avocat, légitimiste, adversaire du second Empire.


Blanc Louis (1811-1882). — Historien et homme politique français. Auteur de l’Histoire de dix ans et de l’Histoire de la Révolution française. Écrivit également une brochure célèbre sur l’Organisation du travail, Ce fut un simple réformiste social. Farouche adversaire de la Commune.


Blanqui Louis-Auguste (1805-1881). — Célèbre révolutionnaire et socialiste qui passa trente années en prison. Influencé par les conceptions de Babeuf. Participa à de nombreuses sociétés secrètes et à de nombreuses insurrections (1845, 1870…). Blanqui voyait dans la révolution sociale et dans la dictature de l’avant-garde révolutionnaire le seul moyen d’établir le régime socialiste.


Bonjean (1804-1871). — Président de la Cour de cassation. Otage de la Commune. Fusillé le 24 mai.


Bouchotte (1754-1840). — Ministre de la Guerre français en 1792. Patriote vigilant, administrateur habile et honnête, il eut une grande part dans l’organisation des armées de la République.