Page:Guesde - La Commune de 1871.djvu/3

Cette page a été validée par deux contributeurs.




NOTE DE L’ÉDITEUR


Nous rééditons aujourd’hui quatre des meilleurs articles que Jules Guesde a consacrés à la Commune de Paris, Les trois premiers sont du début de sa merveilleuse carrière de propagandiste socialiste.

Dans le premier : Un peu d’Histoire, paru en 1879 dans la Révolution française, Guesde, sous la forme incisive et tranchante qui lui est familière, comparant la révolution bourgeoise de 1789 à la révolution prolétarienne de 1871, n’a aucune peine à établir l’inanité des reproches faits à la grande insurrection ouvrière, qui n’eut souvent que le tort de se montrer trop généreuse pour ses adversaires.

Dans le deuxième article : Le 18 mars (Égalité, 18 mars 1879), l’auteur nous indique quelques-unes des réalisations des communards.

Dans le 18 mars en province, que publia en 1877 le périodique socialiste allemand Die Zukunft (l’Avenir), Guesde nous rapporte des faits trop peu connus concernant les répercussions nombreuses qu’eut sur le prolétariat français l’activité révolutionnaire des ouvriers parisiens. Guesde nous apporte ici des renseignements « vécus » : on se souvient, en effet, du rôle actif qu’il joua, en 1871, dans l’érection de la Commune de Montpellier. Enfin, dans le dernier article, écrit pour le 21e anniversaire de la Commune (Le Socialiste 20 mars 1892), le leader du marxisme français insiste sur la nécessité de la conquête révolutionnaire du pouvoir politique.