Ouvrir le menu principal

Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/74

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



allé ce matin, et je n’aime pas à faire deux fois de suite la même chose.

Quelques autres enfants s’étaient joints au groupe Nono, Hans et Sacha.

— Qu’est-ce que vous allez cueillir ! fit l’un d’eux.

— Je ne sais pas. Qu’est-ce que tu aimes, toi ? fit Hans en s’adressant à Nono. Tu vois, il y a des raisins, des pêches, des poires, des prunes, des bananes, des ananas, des groseilles, des fraises. Tu n’as que l’embarras du choix. »

Et du geste, il montrait à Nono, le vaste verger où se trouvaient réunis, non seulement les fruits de toutes les latitudes, mais où murissaient en même temps les fruits de toutes les saisons ; où les arbres de la même espèce se montraient à tous les degrés de maturité, depuis la fleur en bouton, jusqu’au fruit mûr et succulent prêt à être cueilli.

Ils étaient en ce moment au pied d’un superbe cerisier portant de belles « guignes » noires et dodues.

— Oh ! des cerises, il y a longtemps que je